L’Allemagne fête-t-elle le 11 Novembre?

Le 8 mai est une date qui fait toujours débat au sein de la société allemande. Ce jour de commémoration en France, est loin de faire l’unanimité outre-Rhin. Lire la suite

Parle-t-on nazi en Allemagne?

Parle-t-on aujourd’hui comme les nazis? C’est la question que s’est posée le journaliste Matthias Heine. Ses recherches ont abouti à un livre intéressant : « verbrannte Wörter » (littéralement « les mots brûlés). Dans ce dernier, Heine essaye de nous éclairer sur les mots qui sont toujours « contaminés idéologiquement », ceux que nous pouvons utiliser sans danger, et ceux injustement soupçonné d’être associés au Troisième Reich.

Lire la suite

La RDA et les anciens nazis

AfD. Ces trois lettres font actuellement trembler l’Allemagne. Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne), le parti d’extrême-droite allemand a le vent en poupe et semble tisser sa toile sur l’ensemble du territoire. Après la Saxe et le Brandebourg il y a deux mois, L’AfD a enregistré une forte percée électorale à l’occasion d’un scrutin régional organisé en Thuringe, région de l’ex-Allemagne de l’Est. Son leader, Björn Höcke, représente la mouvance la plus à droite de son parti. Lire la suite

Gudrun Himmler est morte

Gudrun Himmler, alias Gudrun Burwitz, est morte le 24 mai dernier, à l’âge de 88 ans. Cette dernière, à qui j’avais consacré un article,(cliquez sur le lien) s’est éteinte dans sa ville natale, Munich. Fille d’Heinrich Himmler, le célèbre Reichsführer SS, chef notamment des camps d’extermination, elle était toujours restée fidèle à son père. Elle nia en bloc toutes les accusations de génocides, ne crût jamais à la thèse du suicide de son père mais plutôt à son assassinat. Nazie convaincue jusqu’à son dernier souffle, elle fut la présidente de la Stille Hilfe, cette association qui vient en aide aux anciens criminels de guerre. Elle essaya même de recréer un groupe de jeunesse, modelé à l’image des jeunesses hitlériennes, mais celui-ci fut interdit par les autorités. Figure des milieux d’extrême-droite, celle qu’on surnommait la « princesse du nazisme » avait même été engagée dans les années 60 au service du renseignement intérieur allemand (le BND). Pas étonnant qu’elle ne fut jamais inquiétée par la justice pour ses activités.

0002-30.jpg

 

La lettre de Walter Mattner : la banalité du mal

C’est un article un peu différent que je vous propose aujourd’hui. L’idée m’est venue de manière fortuite, en écoutant une conférence d’un spécialiste français du nazisme : Johann Chapoutot. Lors de son disours, l’historien mentionne une lettre écrite par un soldat nommé Walter Mattner, qui fut traduite en français et qui décrit les atrocités commises à l’est par les Waffen SS pendant l’opération Barbarossa. J’ai mis la main sur la retranscription de cette lettre, en voici la photo, puis la traduction. Le courrier s’adresse à sa femme, et date du 5 octobre 1941. Lire la suite